ban


ban

ban [ bɑ̃ ] n. m.
• fin XIIe; frq. °ban
1Anciennt Proclamation officielle, publique de qqch., en particulier d'un ordre, d'une défense. Mod. Proclamation solennelle d'un futur mariage à l'église. Les bans de mariage sont affichés à la porte de l'église. On a publié les bans. publication (de mariage).
2Par ext. Roulement de tambour précédant la proclamation d'un ordre, la remise d'une décoration. Ouvrir, fermer le ban. Arrêté municipal (issu d'un ancien droit féodal) fixant la date d'ouverture de certains travaux agricoles. Ban de vendange, de moisson. Par ext. Fam. Applaudissements rythmés. ovation. Un ban pour le vainqueur !
3Féod. Convocation des vassaux par le suzerain, et par ext. Le corps de la noblesse ainsi convoqué. Loc. fig. Le ban et l'arrière-ban : tout le monde. Il avait convoqué à cette réception le ban et l'arrière-ban de ses amis et connaissances.
4Exil qui était imposé par proclamation. bannissement. Mettre qqn au ban. bannir. Être en rupture de ban : enfreindre le jugement de bannissement, en parlant d'un interdit de séjour. — Loc. fig. En rupture de ban, affranchi des contraintes de son état. « Cet universitaire en rupture de ban » (Maurois).
5Mettre un prince au ban de l'empire (dans l'ancienne constitution germanique),le déclarer déchu de ses droits et privilèges. — Fig. Mettre qqn au ban de la société, un pays au ban des nations, le déclarer indigne, le dénoncer au mépris public.
6(du sens 2) Région. (Suisse) Loc. Mettre à ban : interdire, par décision judiciaire, l'accès de.
⊗ HOM. Banc.

ban nom masculin (francique ban) Pouvoir de commandement du seigneur ; proclamation publique d'un ordre, d'un événement ; convocation des vassaux par le seigneur ou le roi pour le service militaire ; ensemble des vassaux convoqués ; condamnation au bannissement. Roulement de tambour et sonnerie de clairon précédant (ouverture du ban) ou clôturant (fermeture du ban) certaines cérémonies militaires (remise de décoration par exemple). Dans certaines communes, arrêté municipal fixant la date à laquelle peuvent être exécutés certains travaux agricoles (ban de moisson, ban de fauchaison…). ● ban (difficultés) nom masculin (francique ban) Orthographe et sens Ne pas confondre ces deux mots. 1. Ban = condamnation à l'exil, au bannissement (n'est plus employé que dans les expressions être en rupture de ban et être mis au ban de la société). 2. Banc, avec un c = siège. Être au banc (ou sur le banc) des prévenus, des accusés. ● ban (expressions) nom masculin (francique ban) À ban, en Suisse, interdit d'accès (en parlant d'un terrain, d'une propriété). Être en rupture de ban, pour un banni, rentrer illégalement sur le territoire national ; avoir rompu avec les contraintes imposées par son milieu, par la société : Un jeune bourgeois en rupture de ban. Mettre quelqu'un au ban de la société, le déclarer indigne, le dénoncer au mépris public. Un ban pour quelqu'un, invitation faite à l'assistance d'applaudir d'une manière rythmée en l'honneur de quelqu'un. ● ban (homonymes) nom masculin (francique ban) banc nom masculinban nom masculin (serbo-croate bán, maître) Titre porté, dans les pays des Slaves du Sud et en Valachie, par des dignitaires dotés de fonctions administratives, judiciaires et militaires. (En Croatie, le ban était le représentant du roi de Hongrie [1102-1918]). ● ban (homonymes) nom masculin (serbo-croate bán, maître) banc nom masculin

ban
n. m.
d1./d FEOD Mandement par lequel un seigneur convoquait ses vassaux.
|| Loc. Fam. Convoquer le ban et l'arrière-ban, tout le monde.
d2./d Ouvrir et fermer le ban: faire entendre une sonnerie de clairon, de trompette ou une batterie de tambour avant et après une cérémonie militaire.
|| Applaudissements rythmés.
d3./d Bans de mariage: publication à la mairie, à l'église d'une promesse de mariage. Afficher les bans.
d4./d Condamné en rupture de ban, qui enfreint une interdiction de séjour.
Fig. être en rupture de ban: avoir changé de métier, d'occupation.
Fig. Mettre qqn au ban de la société, le condamner au mépris public.
d5./d Loc. (Suisse) à ban: dont l'accès est réservé à certaines personnes. Chantier, passage, propriété à ban.
|| Loc. (Suisse) Lever les bans: autoriser les vignerons à commencer les vendanges.
d6./d (Luxembourg) Territoire d'une commune.

I.
⇒BAN1, subst. masc.
I.— [L'idée dominante est celle de proclamation publique dans un territoire relevant de la juridiction d'une autorité].
A.— Proclamation publique pour ordonner, défendre quelque chose ou plus généralement pour porter quelque chose à la connaissance de tous.
1. Vx, DR. FÉOD. Proclamation du suzerain dans l'étendue de sa juridiction. Proclamer, publier un ban; faire crier, battre un ban de guerre :
1. Le Mark-Graf (c'était le titre germanique des gouverneurs de province frontière) fit proclamer le ban de guerre dans toute l'étendue de sa juridiction, depuis l'Adour jusqu'à la Garonne. Ce ban ordonnait, sous peine d'amende, la levée en masse des habitants du pays, population de chasseurs et de bûcherons presque aussi sauvages que les Basques de la montagne, ...
THIERRY, Récits des temps mérovingiens, t. 2, 1840, p. 16.
Rem. Le droit de publier le ban pouvait également appartenir à un monastère jouissant de l'immunité à l'intérieur de son territoire. Ban d'exemption ou ban sacré.
a) Encore au XIXe s. Battre le ban des récoltes, des vendanges. Publier le jour de l'ouverture des vendanges ou des récoltes sur le territoire du suzerain et par extension sur un territoire faisant l'objet d'une administration officielle :
2. Le tambour de Rognes avait battu le ban des vendanges; et, le lundi matin, tout le pays fut en l'air, car chaque habitant avait sa vigne, pas une famille n'aurait manqué, ce jour-là, d'aller en besogne sur le coteau de l'Aigre.
ZOLA, La Terre, 1887, p. 345.
SYNT. Battre le ban de fauchaison, de glanage, de grapillage, de moisson, de ramée; ban à vin.
b) P. ext. Roulement de tambour qui annonce la publication. Ouvrir, fermer le ban; battre les trois bans. Le ban d'un sergent recruteur (A. FRANCE, Les Opinions de Monsieur Jérôme Coignard, 1893, p. 152).
ARM., usuel. Roulement de tambour ou sonnerie de clairon qui précède ou suit la lecture officielle, par un officier, d'un ordre, d'une remise de décoration, etc. Ouvrez le ban! Fermez le ban!
P. anal., à l'époque mod. Applaudissements ou cris rythmés. Faire un (triple) ban à qqn. Un ban pour l'orateur! Ban peau-rouge.
2. Le plus souvent au plur. Ban(s) de mariage. Annonce publique, triple en principe, d'un mariage futur au prône dominical, par voie d'affiche à la porte de l'église, afin que toute personne connaissant un empêchement au mariage le fasse savoir. Publier le premier ban; afficher les bans; racheter un, deux bans; obtenir une dispense de bans :
3. J'ai donc prié M. et Mme Foucher de faire commencer la publication des bans dimanche prochain 22; elle se terminera le dimanche 6 octobre; mais ces bans doivent être également publiés à ton domicile, et il faut que, le 6 octobre, on ait reçu à notre paroisse de Saint-Sulpice la notification de la complète publication des bans à Blois, ce qui ne se pourrait faire qu'autant que tu serais assez bon pour racheter un ban à ta paroisse. Le rachat des bans coûte cinq francs ici, on m'assure qu'il doit être moins cher encore à Blois.
HUGO, Correspondance, 1822, p. 355.
Rem. De même, avant la collation des ordres de la prêtrise, bans d'ordination.
B.— Époque féod. Convocation des vassaux par le suzerain pour partir à la guerre; p. méton. l'ensemble des vassaux convoqués. Appeler, convoquer le ban et l'arrière-ban (cf. arrière-ban ex. 1); les nobles de ban.
P. ext. Catégorie de la population masculine d'un pays obtenue d'après des critères de validité ou d'âge, le dernier critère n'intervenant qu'en cas de péril de l'État. Être du (servir dans le) 1er, 2e, 3e ban; lever le 1er ban :
4. Mais tout à coup, le 8 janvier, on mit une grande affiche à la mairie, où l'on voyait que l'Empereur allait lever, avec un sénatus-consulte, comme on disait dans ce temps-là, d'abord 150 000 conscrits de 1813, ensuite 100 cohortes du premier ban de 1812, qui se croyaient déjà réchappées, ensuite 100 000 conscrits de 1809 à 1812, et ainsi de suite jusqu'à la fin, de sorte que tous les trous seraient bouchés, et que même nous aurions une plus grande armée qu'avant d'aller en Russie.
ERCKMANN-CHATRIAN, Le Conscrit de 1813, p. 39.
P. anal., à l'époque mod. [Toujours associé à arrière-ban]. Convoquer le ban et l'arrière-ban d'une famille, des amis ou des partisans.
P. métaph., rare. ,,On empile dans un cabas et le ban et l'arrière des provisions (...) chocolats, confitures, vin cacheté...`` (A. DAUDET, Contes du lundi, 1873, p. 40).
C.— DR. FÉOD. Territoire soumis au pouvoir et à la juridiction du seigneur; p. méton. droit du seigneur sur un territoire.
Spéc. Droit de fief par lequel le suzerain contraint ses sujets à utiliser, moyennant redevance, son four, son moulin, son pressoir.
Rem. Cf. les syntagmes four banal, moulin banal, pressoir banal.
Région. (Alsace, Lorraine, principalement pentes des Vosges). Ban d'un village, d'une commune. Ensemble des terres exploitables d'une commune ou petites autonomies de culture :
5. Puis, après avoir bu, il reprit d'un air pensif : — Tu sauras, Michel, que mes terres de Pickeholtz sont les meilleures du ban de Lixheim; j'ai vu ça la dernière fois en me promenant autour, de tous les côtés. C'est une terre forte, entremêlée de chaux et de sable. Il devrait pousser de tout là-dessus en abondance; mais ces fainéants de Tiercelins ont tout laissé dépérir; ...
ERCKMAN-CHATRIAN, Histoire d'un paysan, t. 1, 1870, p. 381.
6. Il y avait ainsi près du Rothenbach, au sud du Hohneck, un vieux « chemin des marchands », que pratiquaient les gens de La Bresse pour se rendre dans la vallée de Münster. Ces hameaux épars dans les vallées formèrent de petites autonomies. Sous le nom de bans, qu'on retrouve dans toutes les parties des Vosges, ils se groupèrent en petites unités distinctes, ayant leurs relations, leurs costumes et leurs mœurs.
VIDAL DE LA BLACHE, Tabl. de la géogr. de la France, 1908, p. 195.
Rem. Ce sens survit dans le nom de certains villages vosgiens, comme Ban-de-Sapt, Ban-sur-Meurthe ou groupes de villages, comme Ban-de-la-Roche (ensemble de huit localités).
II.— [L'idée dominante est celle d'exclusion par décision d'une autorité]
A.— Exil imposé à quelqu'un pour voie de proclamation. Mettre qqn au ban de; être au ban de; un ban pèse sur qqn. Cf. également bannissement, ostracisme; bandit, proscrit, interdit de séjour, hors-la-loi.
1. DR. FÉOD., jusqu'au XIXe s. [L'exil concerne la pers. physique et soc. du condamné]
a) [Dans l'anc. constitution germanique] Mettre un prince au ban de l'Empire.
P. anal. Citer, mettre une ville au ban de l'Empire. Mettre un prince au ban du royaume :
7. Ainsi le procès du sire de Craon ne tarda pas à être instruit. Il fut ajourné; n'ayant pas comparu, il fut mis au ban et ses biens confisqués. Son hôtel de Paris fut démoli et le terrain donné au cimetière Saint-Jean.
BARANTE, Hist. des ducs de Bourgogne, t. 2, 1821-24, p. 53.
b) P. ext. Mettre un homme au ban d'un pays, d'une localité ou d'un territoire.
Au fig., usuel. Mettre une personne (ou un groupe social) au ban de l'opinion, de l'humanité, de la société. L'exclure, la déclarer indigne de l'estime ou de la considération des autres. Cf. également être, se mettre, vivre au ban de la société :
8. Plus sévère et plus hypocrite, l'attitude du monde vietnamien vis-à-vis de ses acteurs chez lesquels on rencontre également un grand nombre d'invertis; ils sont mis au ban de la société, froidement méprisés et traités avec hauteur par ceux qui les emploient, mais ne s'adressent pas à eux, sinon par l'intermédiaire des directeurs de troupes, souvent des proxénètes cupides et sans scrupules.
J. CUISINIER, La Danse sacrée en Indochine et en Indonésie, 1951, p. 30.
Rem. 1. On citera également demander la permission d'achever son ban ailleurs que dans la résidence primitivement assignée. 2. Qq. dict. du XIXe s. (jusqu'à DG) attestent pour ban le sens de « amende » infligée par une autorité municipale ou ecclésiastique. Encourir le petit ban, ban épiscopal.
2. DR. PÉNAL. ANC., jusqu'au XIXe s. Rupture de ban. Crime puni de la peine de mort ou de l'emprisonnement à vie, commis par celui qui rentre dans le territoire interdit avant l'expiration de sa peine :
9. Lorsque Napoléon passa le Niémen à la tête de quatre cent mille fantassins et de cent mille chevaux pour faire sauter le palais des czars à Moscou, il fut moins étonnant que lorsque, rompant son ban, jetant ses fers au visage des rois, il vint seul, de Cannes à Paris, coucher paisiblement aux Tuileries.
CHATEAUBRIAND, Mémoires d'Outre-Tombe, t. 2, 1848, p. 556.
10. L'avocat concluait en suppliant le jury et la cour, si l'identité de Jean Valjean leur paraissait évidente, de lui appliquer les peines de police qui s'adressent au condamné en rupture de ban, et non le châtiment épouvantable qui frappe le forçat récidiviste.
HUGO, Les Misérables, t. 1, 1862, p. 326.
Au fig., usuel. Être en rupture de ban avec la société, le monde, la famille. Un fils de famille en rupture de ban.
B.— EAUX ET FORÊTS. Forêt mise à ban. Dans les régions de haute montagne, forêt située en haut d'une pente et interdite à l'exploitation afin d'assurer une protection contre l'érosion et les avalanches. Mettre une zone à ban :
11. Charles Biermann a étudié l'influence restrictive des avalanches sur l'installation humaine dans la haute vallée du Rhône, la vallée de Conches. Les villages se sont placés entre deux couloirs d'avalanches, de telle sorte que celles-ci passent à côté. Ils sont ramassés et comme tassés. De plus, ils se sont abrités au-dessous de grandes forêts « mises à ban » afin d'en assurer la conservation.
J. BRUNHES, La Géogr. hum., 1942, p. 74.
PRONONC. — Cf. ban2.
ÉTYMOL. ET HIST. — 1. a) Ca 1130 dr. féod. « convocation que le suzerain fait de ses vassaux dans sa juridiction pour le servir à la guerre » (Couronnement Louis, éd. E. Langlois, 1503 dans T.-L. : Vait s'en Guillelmes li nobiles guerriers; Ensemble o lui doze cent chevalier, Par sa maisnie a fait un ban huchier); d'où 1573 (EST., éd. J. Dupuys : [...] Ban aussi et arriereban signifie la cõuocation et trouppe des nobles d'une Seneschaulcee ou Bailliaige fiefs ou arrierefiefs au des enclaves desdits Seneschaulcee ou Bailliaige [...] Crier le ban et arriereban); d'où 1835 fig. et fam. (Ac. : Convoquer le ban et l'arrière-ban. S'adresser à tous ceux dont on peut espérer du secours, quelque appui, pour le succès d'une affaire. Il signifie aussi, Faire une convocation générale de certaines personnes); b) ca 1165 p. ext. dr. féod. « proclamation du suzerain dans sa juridiction pour ordonner ou défendre qqc. » (CHR. DE TROYES, G. d'Angleterre, éd. W. Foerster, 3041 : Lors est par tot crïez li bans, Qu'il n'i remaingne sers ne frans, si chier com il a lui mëisme, Qui n'et einçois ore de prime Le gué de la marche passé); c) 2e quart XIIIe s. spéc. ban (de mariage) « proclamation publique des promesses de mariage, faite à l'église » (GERBERT DE MONTREUIL, Continuation de Perceval, 1922, 2066 : Et li prestres crie le ban : « s'il i a nului qui seüst Par coi assambler ne deüst Cis mariages, qu'il le die »); 2. 1257 dr. féod. « territoire soumis à la juridiction d'un suzerain » (Cart. de S. Médart, f° 9 r°, Arch. Aisne dans GDF. : Entre mes bans et mes terroirs et les bans et les terroirs l'abbé...); d'où 1273 spéc. (four, moulin) par ban « à l'usage duquel un seigneur a droit d'assujettir par proclamation ceux qui sont dans l'étendue de sa seigneurerie » (Establ. de S. Louis, I, 144 rubr. dans GDF. Compl. : De moudre a moulin par ban); 3. 1547 « exil, bannissement » (AMYOT, Hist. Aethiopique, L. I, 9 r° dans HUG. : Il employoit tous ses familiers et amys, pour voir s'il pourroit faire tant que vostre ban fust revoqué); d'où 1694 mettre au ban « proscrire » (Ac.); maintenu au fig. 1932 mettre quelqu'un au ban de l'opinion publique (Ibid.).
De l'a. b. frq. ban « loi dont la non-observance entraîne une peine » (a. h. all. ban « commandement sous menace de peine, défense, juridiction et son domaine », a. nord. ban « défense », KLUGE20) à rattacher au verbe germ. bannan « commander ou défendre sous menace de peine », qui lui-même remonte à la racine indo-européenne - « parler » par l'intermédiaire d'une forme de présent bh-en- (IEW t. 1, p. 106); l'orig. frq. est corroborée par le fait que le mot apparaît d'abord sur le domaine gallo-roman (a. fr., supra et prov. Giraud de Borneil dans RAYN.) d'où il passe en a. ital. (banno, XIIIe s. dans DEI) et en a. esp. (bando, 1300 dans COR.). Le frq. ban est attesté sous la forme bannus ou en lat. médiév. dep. le VIe s. au sens de « amende infligée à cause d'un délit contre le pouvoir public » (GRÉGOIRE DE TOURS, Franc., 5, 26 dans TLL s.v., 1716, 46) et, postérieurement, aux divers sens relevés en fr. : 1 a 775 (Diplomata Karolin. I, n° 91 dans NIERM.); 1 b VIIe s. (Lex Ribuar., rec. A tit. 65; rec. B tit. 67. ibid.); 2. 983 (spéc. « aire soumise à la justice établie dans un château fort » Privilegium Bened. VII pap., Heinemann, CD. Anhalt, n° 71, p. 55, ibid.); 3 801-813 (Capitulare Aquisgr., c. 13, I, p. 172, ibid.).
BBG. — GOTTSCH. Redens. 1930, p. 326, 407. — POPE 1961 [1952], § 442.
II.
⇒BAN2, subst. masc.
Chef d'un banat ou d'une province croate. Ban de Croatie :
M. de Pressensé, ci-devant vidame, (...), (la prochaine fois nous affirmerons en plus qu'il a été lieutenant de louveterie), (et la fois d'après nous affirmerons qu'il a été ban de Temesvar), M. de Pressensé, président de la Ligue des Droits de l'Homme, n'a-t-il jamais entendu parler de la République une et indivisible.
PÉGUY, L'Argent, 1913, p. 1249.
Rem. Attesté dans la plupart des dict. gén. à partir de Ac. Compl. 1842.
PRONONC. — 1. Forme phon. :[]. 2. Homon. : banc, bang (cf. DARBOIS 1830, p. 233, et ZLAT. 1862, p. 63).
ÉTYMOL. ET HIST. — 1697 (D'HERBELOT, Bibl. orient, p. 183 d'apr. DG); 1732 (Trév.).
Mot serbo-croate ban « maître, chef » (FEW t. 20, p. 33); prob. d'orig. avare, cf. le mongol bayan « riche, propriétaire » (KORSCH, Arch. slaw. Phil., IX, 487 d'apr. VASMER, Russisches Etymologisches Wörterbuch, Heidelberg, 1953, s.v. boïan et CIORANESCU, Diccionario etimologico rumano, Madrid, 1966) mentionné dans le même sens sous la forme (Xe s., Constantin Porphirogénète, ibid.).
STAT. — Ban1 et 2. Fréq. abs. littér. :232. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 388, b) 468; XXe s. : a) 268, b) 242.
DÉR. Banat, subst. masc. Dignité de ban; territoire administré par un ban (cf. p. anal. marquisat). Attesté dans LITTRÉ, GUÉRIN 1892, Pt Lar. 1906 et Lar. encyclop., s.v. ban et dans QUILLET 1965 en vedette autonome. [bana]. 1re attest. 1838 (Ac. Compl. 1842); dér. de ban2, suff. -at.
BBG. — BOULAN 1934, p. 182. — DUCH. 1967, § 70. — JÄNICKE (O.). Zu den slavischen Elementen im Französischen. In : [Mél. Wartburg (W. von)]. Tübingen, 1968, t. 2, p. 445.

1. ban [bɑ̃] n. m.
ÉTYM. XIIe; du francique ban « proclamation ». → Bannir.
1 a Hist. Proclamation officielle, publique, de qqch., en particulier d'un ordre, d'une défense.
b Proclamation solennelle d'un futur mariage à l'église. || Les bans de mariage sont affichés à la porte de l'église. || On a publié les bans. Publication (de mariage).
1 (…) tant de jours pour réunir les papiers, tant de jours pour publier les bans à l'église : oui, cela ne mènerait jamais qu'au 20 ou 25 du mois pour les noces (…)
Loti, Pêcheur d'Islande, I, II, 17, p. 221.
2 Roulement de tambour précédant la proclamation d'un ordre, la remise d'une décoration. || Ouvrir, fermer le ban.Arrêté municipal (issu d'un ancien droit féodal) fixant la date de l'ouverture de certains travaux agricoles. || Ban de vendange, de moisson.
Par ext., fam. Applaudissements rythmés. || Un ban pour le vainqueur !
3 Hist. Dans le système féodal, Convocation des vassaux par le suzerain, et, par ext., le corps de la noblesse ainsi convoqué.Convoquer le ban et l'arrière-ban (au propre et au fig.). Arrière-ban.
2 Louis XIV fut conseillé de faire marcher le ban et l'arrière-ban.
Voltaire, le Siècle de Louis XIV, 12.
Hist. (sens extensif) :
2.1 (…) le bannum, le « ban », la mission de maintenir l'ordre, le droit de commander et de punir, est à l'origine d'importants transferts de richesses et légitime de nouvelles ponctions sur les ressources de la paysannerie.
G. Duby, Guerriers et Paysans, VIIe-XIIe s., p. 54 (1973).
4 a Dr. féod. Exil qui était imposé par proclamation. Bannissement. || Mettre qqn au ban. Bannir.(Jusqu'au XIXe). Dr. pénal. Mesure équivalant à l'interdiction de séjour.Rompre son ban : revenir au lieu où l'on n'a pas la permission de résider.Être en rupture de ban, se dit encore de l'interdit de séjour qui enfreint le jugement qui l'a condamné. Rupture.
3 Le ban qui a mis l'exilé hors de son pays, semble l'avoir mis hors du monde (…)
Chateaubriand, le Génie du Christianisme, I, V, 7.
4 La loi le condamne à mort (l'exilé), pour avoir rompu son ban.
Chateaubriand, les Natchez, VII, 289.
4.1 (…) comme un voyageur apprenant que faire le tour du monde c'est revenir à son point de départ,
comme un émigré constatant qu'ici ou là il sera toujours mis au ban,
comme Lazare pleurant — à en croire Oscar Wilde — d'avoir été ressuscité,
comme un qui crie « Au secours ! » après s'être jeté à l'eau,
comme le chef d'État qui regrette l'époque où il luttait pour prendre le pouvoir (…)
Michel Leiris, Frêle bruit, p. 119.
Fig. En rupture de ban : affranchi des contraintes de son état.
5 Cet universitaire en rupture de ban se complaît dans les explications de textes et dans les évocations de textes.
A. Maurois, Études littéraires, Péguy, t. I, p. 236.
b Hist. || Mettre un prince au ban de l'empire (dans l'ancienne constitution germanique), le déclarer déchu de ses droits et privilèges.
6 Charles V l'avait mis au ban de l'empire (…)
Bossuet, Hist. des Variations, 2.
c Fig. Mettre qqn au ban de la société, un pays au ban des nations, le déclarer indigne, le dénoncer au mépris public.
7 En province, tous les conseils municipaux socialistes ont voté des ordres du jour pour célébrer la Patrie menacée, exhorter à la défense nationale, mettre l'Allemagne au ban des nations civilisées !
Martin du Gard, les Thibault, VIII, p. 36.
5 (Du sens 2). Régional (Franche-Comté, Suisse).Loc. Mettre à ban : interdire, par décision judiciaire, l'accès de.Mettre à ban les vignes, en interdire l'accès dès que le raisin mûrit.Lever le ban, les bans : permettre l'accès aux vignes, pour tous les travaux nécessaires et pour les vendanges — ☑ À ban, formule d'interdiction d'entrer (pour un véhicule).
DÉR. Banal, banneret, bannière.
COMP. Arrière-ban. — V. Banlieue, banvin; forban.
HOM. 2. Ban, banc.
————————
2. ban [bɑ̃] n. m.
ÉTYM. 1697; mot croate.
Gouverneur d'une province croate, chef d'un banat.
HOM. 1. Ban, banc.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • ban — (ban) s. m. 1°   Proclamation, publication. Battre un ban, battre la caisse pour annoncer qu il va être fait une publication. •   Avant le combat, la justice faisait publier trois bans, MONTESQ. Espr. XXVIII, 24. •   L aumônier d un roi de France …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • BAN — bezeichnet: einen Adelstitel im Königreich Ungarn und Kroatien, siehe Ban. eine rumänische Münzeinheit, siehe Rumänischer Leu eine moldawische Münzeinheit, siehe Moldawischer Leu das versperren eines Zugangs in einem Netzwerk, siehe… …   Deutsch Wikipedia

  • Báň — Báň …   Deutsch Wikipedia

  • Ban — may refer to:* Ban (law), a decree that prohibits something, sometimes a form of censorship * The imperial ban, a form of outlawry in the medieval Holy Roman Empire * Ban (information), a logarithmic unit of information or weight of evidence *… …   Wikipedia

  • ban — Ban, m. C est cry publique à voix ou son de trompe, Proclamatio per praeconem. Il fit cryer un ban, en Oolin, L Italien l appelle aussi Bando. Et tant les criées faites des biens vaccans dans le fief d aucun Seigneur que les publications faites… …   Thresor de la langue françoyse

  • Ban Na — บ้านนา Provinz: Nakhon Nayok Fläche: 388,4 km² Einwohner: 67.268 (2007) Bev.dichte: 173,2 E./km² PLZ: 26110 …   Deutsch Wikipedia

  • ban — BAN. s. mas. Mandement fait à cri public, pour ordonner ou pour défendre quelque chose. On a publié, battu un ban dans toute l armée, afin que tout le monde en soit averti. Et dans le même sens, on appelle Ban de vendange, La publication du jour… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • ban — BAN. s. m. Mandement fait à cry public. On a fait un ban dans toute l armée, à ce que personne n en pretende cause d ignorance. Il signifie plus particulierement, La proclamation qui se fait à l Eglise, lors que quelqu un se veut engager dans les …   Dictionnaire de l'Académie française

  • BAN GU — [PAN KOU] (32 92) Des trois enfants du lettré Ban Biao, l’un, Ban Chao, fut un valeureux capitaine, les deux autres, Ban Gu et leur sœur Ban Zhao, de grands historiens. Pour réaliser le projet de son père, Ban Gu entreprit de donner une suite aux …   Encyclopédie Universelle

  • Ban Gu — (chinesisch 班固; * 32 im Kaiserreich China; † 92 in Luoyang, China, hingerichtet) war ein chinesischer Historiker der Han Dynastie. Er entstammte einer Literatenfamilie. Sein Vater Ban Biao war ein renommierter Geschichtsschreiber, sein… …   Deutsch Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.